Le bâti agricole ancien

Pour les 15ème estivales organisées par l’Association intercommunale Cézallier vallée de la Sianne dans le nord Cantal notre ami Jacques Hamon, membre du Conseil d’Administration de l’AJP a réalisé une nouvelle exposition qui met à l’honneur le bâti agricole ancien de la Haute-Auvergne.

L’exposition intitulée « Les fermes traditionnelles du Cézallier, le bâti, les annexes ». rappelle un temps qui s’éloigne quand la vie à la campagne et l’économie rurale étaient prépondérantes. Le territoire évoqué dans l’exposition qui se situe entre Allanche, Anzat-le-Luguet, Blesle et Massiac est riche de l’histoire locale et renseigne sur l’évolution structurelle du monde agricole. Il représente les savoir-faire des anciens. Il est imprégné de la vie humaine de ceux qui ont possédé ces constructions et qui ont travaillé dur dans ces lieux.

Les parties constituantes d’une ferme autrefois en Haute-Auvergne sont variées en fonction de l’activité, de l’implantation géographique et de l’importance de l’exploitation. L’élevage et le climat de la moyenne montagne ont imposé des bâtiments compacts véritables outils de travail intégrant toutes les fonctions.

La silhouette qu’on rencontre le plus fréquemment sur ce territoire est celle de la ferme-bloc à bâtiments contigus. L’habitation familiale et la grange-étable réunis sous le même toit ont bénéficié d’une construction soignée et solide, c’est pourquoi bon nombre de fermes anciennes construites après la Révolution existent toujours.
La plus importante et la plus représentative des parties constituantes des fermes du Cézallier est la grange-étable. Sa taille déterminait l’importance de l’exploitation. Sa grandeur, la qualité de ses matériaux, de sa charpente indiquaient aussi la puissance de son économie et de la richesse qu’elle représentait pour les paysans. Aussi prenait-on autant de soin à construire la grange-étable que la maison d’habitation.

Cette exposition porte un beau regard sur le patrimoine agricole en révélant toute l’importance car ce qui avait valeur d’outil autrefois et qui a pris aujourd’hui une valeur de témoignage, au-delà des raisons fonctionnelles qui justifiaient l’existence de ce bâti autrefois.

Dans cette belle et inédite restitution Jacques Hamon mettre en lumière les dimensions culturelles, sociales et patrimoniales des fermes d’autrefois en Auvergne.

Visible jusqu’au 15 août à la mairie d’Auriac-l’Eglise (Cantal) elle a pu être réalisée à la suite d’un inventaire territorial du bâti agricole ancien dans le Cézallier oriental sur lequel s’appuie ce travail patrimonial.

Grâce à plus de 200 photographies sur une quarantaine de panneaux explicatifs, les visiteurs comprendront mieux pourquoi la préservation de ce type de patrimoine participe à la continuité du territoire rural et de son attractivité et représente un vrai marqueur identitaire de la Haute-Auvergne et en particulier du Cézallier.

Share This Post