Visite à Saint-Christophe de Javel

Pour célébrer les cent ans de sa construction, l’église de Saint-Christophe de Javel a ouvert ses portes à l’association des journalistes du patrimoine, dans le cadre d’une visite privilège, mercredi 10 mars 2021. Nous avons été accueillis par L’association Art Culture et Foi dont deux membres, Bernard Marx et Jean-François Courtines, ont été nos guides.

Une quinzaine de membres de l’AJP ont découvert ce patrimoine Art Déco insolite et cette technique du ciment moulé (Photo Véronique Hamel)

Construite en 1921 à l’emplacement d’une ancienne chapelle, l’édifice n’est achevé qu’en 1933. Il est situé dans le 15e arrondissement de Paris, à l’angle de la rue de la Convention, dans un quartier qui depuis le XIXe siècle était en plein essor industriel. C’est donc pour pouvoir accueillir une population ouvrière de plus en plus nombreuse que la construction est lancée. L’architecte Charles-Henri Besnard (1881-1946) propose alors un style proche du néogothique dont il est un grand admirateur.

Le bâtiment se compose d’une église, d’une chapelle, d’un presbytère et d’un clocher. Sa particularité consiste en l’utilisation d’éléments en ciment armé fabriqués sur le chantier même, dans des moules en stuc : Charles-Henri Besnard, se veut aussi novateur et imagine ce procédé permettant la réplication des piliers, verrières et autres panneaux Car les finances sont limitées. En réalité, Saint-Christophe de Javel restera un « unicum » car, comme le précise Jean-François Courtines, « si l’idée du « kit préfabriqué » était valable pour des pavillons, personne ne souhaitait que les églises se ressemblent toutes ! »

Pour bénéficier de la présentation en images, cliquez ici

Après cette présentation, notre visite débute devant l’entrée principale de l’église puis dans sa nef. Le fenestrage de la façade et la décoration intérieure témoignent de la technique du ciment moulé qui incruste les ornements directement dans l’architecture. La nef est illuminée par douze vitraux en forme de croix rayonnante. Réalisés par Henri-Marcel Magne, ils mettent en scènes, par des images d’animaux s’abreuvant, les fidèles se nourrissant de la parole de Dieu.  Sur les murs, Jacques Martin-Ferrière a peint douze toiles racontant la vie et le martyr de Saint-Christophe, patron des voyageurs, à qui est dédicacée l’église. Il a également réalisé les fresques du chœur.

Nous avons eu le privilège d’admirer de plus près les voutes de la nef en accédant au-dessus du portail. C’est également dans cet espace que se trouve l’orgue ainsi qu’une magnifique fresque d’anges musiciens, toujours du même artiste. La visite s’est conclue dans le clocher où sont toujours entreposés quelques uns des moules qui ont servi à la construction de l’édifice.

Une des nombreuses particularités de Saint-Christophe de Javel est d’être un témoin direct de l’industrialisation de la région parisienne, en particulier liée à la fabrication des moyens de transport. Ainsi, le choix du saint, patron des voyageurs, n’est pas un hasard. On retrouve ce lien avec les industries voisines Citroën, Renault et autres dans la décoration qui représente des automobilistes, des avions, des locomotives… Cette iconographie religieuse actualisée est omniprésente. Pour l’anecdote, Martin-Ferrière s’est représenté dans la fresque du chœur, remettant à saint Christophe son automobile Citroën. 

Cette rencontre entre modernité et tradition se retrouve aussi dans l’imbrication des deux styles choisis par l’architecte : le néo-gothique et l’Art-déco.

Ravis d’être réunis à l’occasion de cette visite passionnante et « en présentiel », nous remercions L’association Art Culture et Foi pour son accueil chaleureux ainsi que Sophie Mako, leur attachée de presse et notre fidèle membre associée.

Maya Jannin (étudiante en histoire de l’art, stagiaire à l’AJP)

Contact : Sophie Mako-Tryzna
JST Conseil
contact@jstconseil.eu
tél. 05 57 84 05 92
port. 06 09 97 53 11

Share This Post